5ème dimanche de Pâques

jeudi 6 mai 2021


"Demeurez en moi, comme moi en vous." (Jean 15.1-8)


La vraie vigne qui accomplit le dessein d’amour du Père, c’est Jésus. Il est ce plant que la sève ne cesse d’irriguer en abondance, le seul capable de porter des sarments féconds et lourds de fruits. Tout ce qui est authentiquement vivant dans notre existence et dans le monde se reçoit de lui et n’existe qu’en Lui. (Jean1, 3).

Jésus aime les images, les allégories. Celle de la vigne traverse toute la bible.

Pour nous redire l’amour de Dieu pour son peuple, Jésus la reprend, il s’arrête sur le travail du vigneron et plus particulièrement sur celui de la taille, de l’émondage.

La menace faite aux sarments d’être « jetés au feu et brûlés » est à entendre comme une invitation pressante à choisir la vie et à accueillir la capacité offerte de devenir enfant de Dieu. (Jean 1, 12).

Comme beaucoup d’autres images bibliques, celle de la vigne nous dit la bouleversante proximité de Dieu avec tout homme, sa présence intime dans cet écoulement permanent et paisible de la sève qui engendre en nous le Fils.

Soumis à l’épreuve de l’émondage, le chrétien, s’il veut rester fidèle au Christ, est appelé à ouvrir de plus en plus son oreille et son cœur à sa parole et à la laisser pénétrer au plus profond de l’âme, pour donner davantage de fruits.

Nous pouvons reconnaître la présence agissante de cette parole en nous grâce à l’Esprit que Dieu nous donne. Avec lui, le chrétien peut mettre sa foi en Jésus Christ et aimer ses frères « non pas avec des paroles et des discours mais par des actes et en vérité » 1Jean 3, 18-24).


Père Sylvain Apenouvor


PDF - 661.1 ko
Feuille paroissiale
La semaine de notre communauté n°24 du 2 mai 2021

   
Soutenir par un don