33 ème dimanche du Temps ordinaire

samedi 14 novembre 2020
par  admin

Lecture du père Olivier :


https://youtu.be/B-NLN_lwNX8

 


Entrons dans la joie du Seigneur


Chers frères et sœurs,

La bonne nouvelle qui retentit ce dimanche à nos oreilles et qui n’attend qu’à pénétrer au plus intime de notre être réside en ce que Dieu nous invite à entrer dans sa joie dès maintenant, en osant partager autour de nous le trésor qu’est l’Évangile.

Dans la parabole de ce dimanche, il s’agit d’un trésor matériel qu’un homme confie à ses serviteurs sous forme de talents ; un talent équivalait à un lingot de métal précieux d’environ 20 kilos. Cet homme connaît tellement bien ses serviteurs qu’il donne à chacun selon ses capacités. L’un des trois serviteurs, croyant que son patron est un homme dur et sans pitié, est pris d’une peur panique et n’ose aucune initiative pour fructifier le lingot qu’il a reçu ; la peur est mauvaise conseillère : il enterre le lingot avec soin de peur le perdre. Oublions vite ce serviteur.

Prenons plutôt le temps de regarder les deux autres serviteurs, admirons leur inventivité et leur dynamisme. Ils ne se contentent pas de recevoir des biens, ils cherchent à les augmenter car ils savent qu’un bien qui ne prend pas de la valeur en perd. Sans en référer à leur patron, ils osent en toute confiance monnayer ce qui leur a été confié pour le multiplier. Et au bout du compte, leur patron est fier d’eux : « Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur ».

Cette parabole est pour nous, baptisés, un appel à imiter ces deux serviteurs. Le Seigneur nous a confié un bien plus précieux que l’or et l’argent. Ce bien, c’est l’Évangile. Allons-nous l’enterrer à cause de nos soucis, de notre tiédeur, de nos doutes sur nos capacités ou de notre peur à rendre compte de l’espérance qui est en nous ? Non, l’Evangile est Parole de vie et de joie qui doit être fructifiée ; et la joie ne saurait être dissimulée sous quelque prétexte que ce soit, surtout en ces temps-ci où la peur, l’angoisse et la morosité risquent de prendre le dessus et paralyser le dynamisme de la vie. Le chrétien est celui qui ose et qui invente les moyens de partager la joie de l’Évangile, même en période de confinement quand ne sont plus célébrées les messes qui rassemblent habituellement nos communautés.

À l’écoute de l’Esprit qui fait toutes choses nouvelles, osons d’autres manières (qui ne remplacent pas l’Eucharistie) de communier à la vie divine. Et si nous osions faire la prière en famille et, saisis par la charité, être attentifs les uns aux autres pour que personne ne se sente abandonné ? À coup sûr, le Seigneur nous dirait : « Très bien, serviteur, bon et fidèle ; tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup, entre dans la joie de ton maître ».


Père Olivier Massamba-Loubelo


PDF - 1.5 Mo
Feuille paroissiale
La semaine de notre communauté N°6 du 15 novembre 2020

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Sacrement de réconciliation

dimanche 13 décembre 2020


Pour nous préparer à accueillir l’Emmanuel dans nos vies, une célébration communautaire du sacrement de réconciliation est prévue vendredi 18 décembre à 19h30.
Durant cette journée, les prêtres seront disponibles pour les confessions individuelles.

   
Soutenir par un don